Un beurre corporel qu’on mangerait

Catégorie Écologie le 2 février 2017 par Marion — Soyez le premier à commenter !

En décembre dernier, j’ai testé une recette de beurre corporel maison que j’adore ! C’est bien simple, le pot a un mois et il est quasiment terminé déjà ! Avec l’hiver, ma peau sèche souffre et un beurre hyper gras, ça m’aide beaucoup à ne pas me gratter au sang ! J’en tartine les enfants aussi, entre les petites joues fragiles de l’une et les petites fesses eczémateuses de l’autre 😉

Ils aiment beaucoup l’odeur de chocolat sur eux, car oui, cette recette est à base de beurre de cacao ! Miam !

Pour ça, il vous faudra :

  • 1/4 de tasse de beurre de karité
  • 1/4 de tasse de beurre de cacao
  • 1/4 de tasse d’huile de coco
  • 1/4 de tasse d’huile d’argan (ou d’amande douce)
  • 10 gouttes d’extrait de pépin de pamplemousse

Il suffit de tout mettre à chauffer au bain-marie, sauf l’extrait de pépin de pamplemousse. Une fois le mélange fondu de manière homogène, laissez refroidir et quand le mélange commence à figer, ajouter l’extrait de pépin de pamplemousse et fouettez au batteur, comme de la crème que vous souhaiteriez transformer en chantilly.

Et voilà c’est prêt 😉

La recette donne deux petits pots comme sur la photo !

Un nouveau canapé… pour une centaine de dollars

Catégorie À la maison, Bricolage, Vie montréalaise le 30 janvier 2017 par Marion — 2 commentaires

C’est compliqué de choisir un canapé je trouve… ça prend quand même beaucoup de place dans un salon et on veut donc qu’il nous plaise parce qu’on ne peut pas vraiment passer à côté, visuellement parlant 😉

Le souci c’est qu’un canapé, c’est souvent un budget, encore plus quand on est un peu difficile sur le choix ! Pas trop petit, pas trop gros, une couleur comme ci, pas comme ça, sans parler du confort, etc.

Quand on est revenus vivre à Montréal, on a revendu notre gros canapé Fly (on aurait p’tet dû le garder mais bon…) et on a juste embarqué un petit BZ (Fly aussi !). Pas vraiment confortable mais bon, il était pratique et ne prenait pas trop de place sachant qu’on payait le transport au volume.

Sauf qu’au Luxembourg, il était dans la chambre de fiston et que là il s’est retrouvé à trôner dans le salon… nos fesses appréciant assez moyennement.

Quand on a emménagé dans notre nouvel appartement en décembre 2015, on a mis le BZ inconfortable dans l’appartement meublé qu’on loue au sous sol et on a remonté le canapé Klippan IKEA du sous-sol que le locataire précédent nous avait laissé. Objectif : le revendre et en acheter un BEAU ! On a donc mis une annonce sur Kijiji pour nous en débarrasser et on s’est mis en quête d’un nouveau canapé… en vain ! Enfin si… on en avait trouvé un qui nous plaisait mais à 3000 $ quand il risque d’être ruiné assez rapidement par deux gnomes en folie qui mangent, boivent, dessinent etc. à proximité (ou font pipi dessus…), on s’est dit que c’était peut-être pas une super idée…

Entre temps la personne intéressée par le Klippan n’est jamais venue le chercher (Aaaahhh les joies de Kijiji…) et il est donc resté là, intact pendant 1 an ! Pis je le trouvais beau en fait, il allait bien dans le décor !

Par contre, la housse, bien que sympa graphiquement, commençait à avoir des traces d’usure assez marquées et ne parlons pas des pieds dont un avait dû être rafistolé au « duct tape ». Mais j’aimais bien la forme et je le trouvais quand même pas mal confortable !

IKEA proposant toujours ce modèle et sortant de nouvelles housses régulièrement, on a commencé par aller acheter une housse neuve et unie (parce que pas facile de trouver des coussins qui matchent avec ces lignes noires et blanches…)

Pour les pieds, je suis allée fouiner sur Etsy et j’ai trouvé LA boutique parfaite ! Un artisan du Vermont qui fabrique des pieds pour meubles IKEA ! Son catalogue est pas mal complet avec plusieurs couleurs et tailles différentes et correspondait à ce que je cherchais. Après un petit mic-mac avec le premier lot de pieds reçus, on en a finalement reçu un deuxième et la communication avec le vendeur s’est super bien passée !

 

Avec les frais de port, il nous en a coûté 64 $.

Mission accomplie donc 🙂 L’impression d’avoir un tout nouveau canapé, mais qui reste adapté à une vie de famille parfois un peu mouvementée, et qui n’a pas fait un trou dans le budget !

Kit pour l’extérieur #zérodéchet

Catégorie Écologie le 12 janvier 2017 par Marion — Soyez le premier à commenter !

La gestion des déchets à la maison est déjà un défi en soi, mais à l’extérieur c’est encore pire je trouve ! On a vite fait de se retrouver envahis de serviettes en papier, gobelets en plastique et autres contenants en styromousse.

Bref jusque là j’étais pas super organisée et j’avais tantôt quelques trucs dans mon sac, tantôt non. J’ai donc pris la résolution (allez, on est en janvier, alors appelons ça comme ça !) de me constituer un petit kit à avoir toujours sur moi pour éviter tous ces déchets qui nous sautent presque dessus dès qu’on passe la porte d’un commerce, d’un resto, d’une boulangerie… et pour éviter de me dire « Ah j’aurais dû prendre ci ou ça ! »

Un sac en tissu, si possible pas trop épais histoire que ça ne prenne pas trop de place dans mon sac à main. Le mien vient d’un supermarché français, il se glisse dans une mini pochette qui lui est attaché comme ça, il se fait très discret.

Une serviette, pour essuyer tout et n’importe quoi, se faire un petit napperon vite fait, emballer son pain au chocolat à la boulangerie (bah quoi ? 😛 ) etc.

Une cuillère et une petite fourchette (format bébé), que je mets avec la serviette dans une petite pochette histoire que n’abîme rien dans mon sac.

Un petit pot Mason, pas trop gros sinon c’est lourd et un peu encombrant pour ma part. Ça servira de verre en cas de besoin !

Un petit sac de vrac (pour un 2e pain au chocolat ?)

Un petit contenant rétractable en silicone, parfait pour le « doggy bag » du resto par exemple.

Pour le moment j’ai mis une paille… honnêtement je ne sais pas si moi je vais en avoir l’utilité, je ne pense pas, mais pour les enfants, ça peut être pratique (p’tet que je vais en mettre une 2e du coup…)

Une fois tout rangé, ça ne prend pas tant de place que cela dans mon sac.

En tout cas dans l’optique de réduire encore un peu plus les déchets, ça vaut bien une petite place !

Le stock sera peut-être à réajuster en fonction dans les mois à venir, on verra bien. Et je pense me constituer un autre kit pour l’été quand on est en balade avec les gnomes ! À suivre…

L’école et… ses lunchs

Catégorie Famille, Vie montréalaise le 10 janvier 2017 par Marion — 2 commentaires

Depuis fin août dernier, nous sommes entrés dans une nouvelle ère : celle de l’école ! Et oui fiston a quitté la garderie et découvre un tout nouveau monde, à sa plus grande joie ! Pour le parent, pas de gros chamboulement au quotidien puisque les devoirs ne sont pas encore à l’ordre du jour et que les horaires du service de garde sont les mêmes que ceux de la garderie.

Mais il y a une tâche incontournable quand même dans ce quotidien, le cauchemar de certains même (salut les copines !) : le LUNCH !

Et oui l’école est assez différente de ce que nous avons connu en France (j’essaierais d’y revenir et de faire un bilan plus complet en fin d’année scolaire) et parmi ces différences, la plus flagrante, qui peut parfois donner des boutons à certains parents, ce sont les lunchs et les collations à préparer, car au Québec, point de cantine scolaire avec des trucs infâmes à avaler en se bouchant le nez bons petits plats à déguster 😀

Tous les jours, il faut donc penser à ce que notre petit chérubin va se mettre dans l’estomac lors de la collation de 10h, du repas de midi et de la collation de 16h !

Je dois dire que pour le moment ça se passe plutôt bien chez nous et je peux compter sur les doigts d’une main les jours où je me suis dit « pfff bon qu’est-ce que je vais lui filer à bouffer ? »

Après 5 ans dans le confort de la garderie, il faut quand même s’adapter à une nouvelle réalité, mais nous faisons déjà nos lunchs à nous depuis longtemps donc finalement c’est juste une (petite) bouche de plus à nourrir.

Il faut commencer par s’équiper. Le choix est vaste alors voilà ce que nous utilisons ici depuis un peu plus de 4 mois et qui va bien !

Un sac à lunch… Bon là je vais pas vous aider parce qu’on l’a acheté chez Decathlon lors de nos vacances en France cet été, mais franchement, je n’ai rien à redire à date, il a deux compartiments, un grand où je mets le plat principal + le dessert et un petit où je mets la gourde d’eau et la collation de l’après-midi, la collation du matin devant être dans le sac d’école de l’enfant pour des questions de logistique et de casiers.

Un thermos… là encore il en existe plein de modèles différents. On a pris celui de Ricardo et mon fils ne se plaint pas, donc j’imagine que ça doit arriver suffisamment chaud au moment du repas de midi.

Le principe est assez simple. En me levant le matin, je mets de l’eau dans la bouilloire, puis je remplis le thermos de cette eau. Ensuite le mets la bouffe à chauffer au micro-ondes environ 3 minutes, je vide le thermos de son eau que je remplace par la bouffe et je referme rapidement pour que la chaleur reste.

C’est la partie la plus délicate de la confection du lunch car le matin eau bouillante + maman pas bien réveillée = risque de brûlure ! On ajoute à ça l’odeur de viande ou de poisson qui chauffe au micro-ondes pendant qu’on déjeune… on a vu plus appétissant !

Pour les collations, même si on essaie de ne pas trop utiliser de plastique chez nous, pour l’école, vu que le verre est interdit (pas besoin de vous faire un dessin de l’enfant qui explose son plat en verre au milieu de la classe 😀 ), on a opté pour des petits Tupperware en plastique. La contenance est idéale. Le seul petit hic c’est que le couvercle est difficile à refermer pour les enfants donc j’évite d’y mettre des trucs genre yogourt ou compote qui pourraient couler dans le sac.

Pour l’eau, une gourde Tupperware aussi (voir sur ma photo ci-dessous)

Pour les yogourts et compotes, j’ai ressorti la petite gourde Beaba que j’avais achetée quand mon grand garçon n’était encore qu’un tout petit bébé et qui n’avait pour ainsi dire jamais servi ! Elle est bien étanche, facile à remplir et à nettoyer donc elle sert quasiment tous les jours. Elle semble également très solide, donc un bon investissement sur le long terme, je pense !

Maintenant qu’on est équipés, on met quoi dans la foutue boîte à lunch ?

Ici on ne se tracasse pas… dans le thermos, ce sont des restes de la veille 90 % du temps. Les collations et desserts ? Des fruits, du fromage, du yogourt, de la compote, etc. Vraiment basique, il suffit de varier à l’intérieur de cette liste pour éviter la lassitude.

Il y a quelques restrictions, mais pas tant que ça. Dans notre école on évite juste noix, fruits à coque pour les allergies, mais tout le reste est accepté !

Je dirais qu’il faut toujours avoir des pâtes, du riz, du pain, du jambon… bref ce que vous voulez, mais quelques trucs de base pour faire un lunch rapidos quand on a pas assez de restes par exemple.

Pour les sandwichs d’ailleurs, ici c’est Tupperware aussi (je vous rassure, je ne suis pas sponsorisée par la marque même si on pourrait quasiment croire !)

 

J’ajoute toujours dans le sac une serviette en tissu et un ustensile qui fait couteau-fourchette-cuillère 3 en 1 (vendu avec le sac à lunch Decathlon) et voilà !

En résumé j’ai juste dû acheter le sac et le thermos, tout le reste je l’avais à la maison et après quelques essais-erreurs, ce dont je viens de vous parler, c’est vraiment ce qui fonctionne le mieux et se retrouve donc quotidiennement dans le sac !

Bons lunchs 🙂

Pâte à modeler maison #zérodéchet

Catégorie Bricolage, Écologie le 18 octobre 2016 par Marion — Soyez le premier à commenter !

Ça fait très longtemps que je voulais essayer, c’est chose faite ! L a pâte à modeler maison, c’est facile, c’est écologique, c’est sans danger pour les enfants et ça coûte pas cher ! La palette de couleurs est vaste et il suffit d’ouvrir son placard de cuisine pour se lancer !

pate-a-modeler

La recette est ultra simple : on mélange tous les ingrédients ci-dessous dans une casserole, on fait chauffer en remuant sans arrêt jusqu’à ce que ça commence à former une boule. On finit à la main (attention à ne pas de brûler !) et voilà !

pate-a-modeler-3

Pour la couleur on peut utiliser des colorants alimentaires… ou toutes sortes de choses ! Sur ma photo par exemple, le rose est à base de raisins du jardin et le jaune de curcuma. Faites marcher votre imagination !

On peut aussi ajouter des huiles essentielles. Pamplemousse, pin, eucalyptus… ce que vous avez dans vos placards encore une fois !

Amusez-vous bien 🙂

pate-a-modeler-2

Petit bilan écologique de la rentrée

Catégorie Écologie le 1 septembre 2016 par Marion — Soyez le premier à commenter !

Mon dernier bilan écologique remonte à début janvier et avec la rentrée, je me suis dit qu’il était temps de revenir un peu sur les résolutions prises et de voir les avancées en matière de réduction de nos déchets.

  • Le styromousse

J’en parlais dans le dernier billet. Ces emballages non recyclables (ou dans trop peu d’endroits) sont une plaie ! Je n’en suis pas encore au degré 0 car des fois, par souci de rapidité (barbecue organisé avec les copains !), on va au supermarché au bout de la rue acheter des saucisses dans une barquette, mais le niveau de ces petites bombes polluantes a grandement baissé, donc on ne lâche pas, avec une meilleure organisation et une meilleure optimisation du congélateur, on va s’en débarrasser complètement !

  • Le réflexe d’apporter ses contenants

Et surtout de DIRE au commerçant qu’on veut que la viande soit mise dans notre boîte ou notre pain dans notre sac. En soi c’est simple, j’avais souvent mes boîtes mais une sorte de timidité ridicule m’empêchait parfois d’oser demander ! La semaine dernière, je me suis aperçue que ce geste était devenu un réflexe, je ne me pose plus aucune question et d’ailleurs je ne pose plus aucune question aux commerçants non plus, je leur demande de mettre dans ma boîte ou mon sac, point 😉 Aucun souci, aucun refus jusqu’à présent. J’ai parfois un air un peu étonné, mais dans le bon sens du terme genre « Waouh mais quelle bonne idée ! ». Bref pas mal tous les commerçants sont très enthousiastes et trouvent ça génial !

On est allés chercher nos sushis dans notre boîte la semaine passée et on a même commencé à amener nos pots et nos cuillères chez le glacier de notre quartier, L’Affaire est chocolat ! et quel accueil. Un enthousiasme qui fait chaud au cœur et donne espoir !

J’ai recommencé à coudre des petits sacs à vrac, améliorant ma technique ! Sinon je prends l’option des gros pots de yogourt 750 g ou des pots de glace Coaticook, très pratique pour aller chercher du sucre, du riz, des pâtes, etc.

Vrac

  • Le contenant « doggy bag »

J’ai désormais un contenant en silicone rétractable que je prends avec moi quand je vais au restaurant, afin d’emmener les restes. Adieu le styromousse ou la barquette en alu et bonjour plat réutilisable. En plus on fait gagner un peu de temps au serveur puisqu’on transvase nous-même de l’assiette au plat 😉

J’ai pris les miens chez Jean Coutu mais on en trouve un peu partout, j’en ai vu chez Rona pas plus tard qu’hier.

DSC_1085

  • La découverte d’une nouvelle boutique

Le vrac se démocratise, LOCO vient d’ouvrir dans Villeray et Vrac & Bocaux devrait ouvrir sous peu dans Rosemont. En attendant, je continue d’aller chez Vrac en folie au marché Jean Talon mais surtout j’ai découvert Fou Délice sur Masson ! Je trouve pas mal tout ce dont j’ai besoin au quotidien et la boutique est en train de liquider les quelques produits emballés qu’elle proposait pour être 100 % vrac. Ils ont désormais de la lessive et d’autres détergents ménagers, de l’huile, du vinaigre, du miel… et même du dentifrice en pot consigné ! Pour ceux qui poussent la porte dans rien pour y mettre leurs produits en vrac, ils vendent même de beaux petits sacs en tissu.

  • L’éponge

Une de mes plus grandes préoccupations était de me débarrasser des maudites éponges jaunes et vertes ! Redoutablement efficaces mais représentant une source de déchet importante, surtout quand en plus elles sont emballées individuellement PUIS collectivement, mais passons, tout ça est derrière nous, j’ai TROU-VÉ !

J’ai essayé tout un tas de trucs ces dernières années, mais absolument rien ne me satisfaisait, surtout quand venait le temps de déloger un peu de cramé au fond d’une cocotte !

Et c’est chez Les Emballées, dans Rosemont, tout près de chez moi que j’ai enfiiiiiiiin déniché la perle rare, l’éponge qui récure parfaitement ET va à la laveuse quand elle est sale, pour en ressortir comme neuve !

Bref j’ai donné tout mon stock d’éponges neuves qui attendaient leur tour sous l’évier à mes locataires !

Éponge

  • La corde la linge

C’est l’été, ma sécheuse est en VA-CAN-CES ! Yeah ! Alors certes elle a tourné un peu au début de l’été… genre vieux réflexe de l’hiver. Mais depuis plusieurs semaines elle est au repos complet : tout va sur la corde à linge, et ce qui n’y va pas sèche sur des petits séchoirs au sous-sol. Vous allez me dire qu’avec la corde à linge, on est dépendant de la météo, oui en effet mais 1. on a un été splendide et 2. au pire s’il pleut, je fais ma lessive le lendemain. L’hiver va revenir bien évidemment mais je sors mon linge en général jusqu’aux premières gelées donc on a encore un peu de temps !

DSC_0280

  • Potager

Comme je me l’étais promis, j’ai fait un potager cet été, le premier dans mon nouveau jardin (nous avons emménagé en décembre dernier). Et ça pousse bien, très bien même !

On y retrouve :

o des courgettes

o des aubergines

o des fraises

o des framboises

o des tomates

o de la menthe

o du basilic

o du thym

o de la rhubarbe (qui a eu du mal à grandir mais l’année prochaine elle devrait bien se développer)

On a également planté une vigne, qui donnera sûrement ses premières grappes l’été prochain, en attendant on profite de celle des voisins qui déborde chez nous, pour le plus grand plaisir des enfants !

Et j’ai tout plein d’idées pour améliorer le potager l’été prochain !

Jardin

Pour finir, si vous n’avez pas encore vu le film Demain, courez ! Un film plein d’espoir sur un avenir plus écologique, plus collectif, plus beau 🙂

 

La vie continue, malgré tout

Catégorie Général, Vie montréalaise le 9 mai 2016 par Marion — Soyez le premier à commenter !

J’ai connu V. au collège au début des années 1990, on avait 13 ans, on était en 3e. Je venais d’arriver dans ce petit village de l’Eure-et-Loir, aux portes de la région parisienne.

On a partagé la même classe pendant 2 ans, jusqu’à ce que je suive mes parents en Normandie, mais on ne peut pas dire qu’on était des amies, on était des camarades de classe, notre relation s’est toujours cantonnée à cela, on n’a d’ailleurs pas gardé le contact quand j’ai quitté la région (de toute façon en prenant la décision en plein été, j’avais pas eu vraiment l’occasion de prévenir ni de dire au revoir à qui que ce soit).

Les années ont passé, et puis en 2006, je l’ai retrouvée sur Copains d’avant. Surprise ! Elle habitait à Montréal, comme moi, alors on s’est revues le temps d’une soirée, autour d’un verre… on a reparlé du collège, de ce qu’on avait fait depuis, et puis… c’est tout. De nouveau, finalement on ne s’est plus données de nouvelles. Il faut dire que les années avaient passé et puis moi en tout cas j’étais dans le tourbillon de ma toute nouvelle vie (trépidante !) d’immigrante !

Dans les années qui ont suivi, on s’est revues deux fois… en 2009 chez moi, elle était passée m’acheter des chaises, et en 2012 dans le bus, sur Saint-Joseph…

Des fois je repense à ça et je me demande comment mon « mommy brain » fait pour se rappeler de moments en apparence on-ne-peut-plus insignifiants de notre vie quotidienne qu’une rencontre de 3 minutes dans un autobus !

Puis je suis partie deux ans à l’étranger au cours desquelles nous ne nous sommes toujours pas données plus de nouvelles, hormis quelques « likes » et commentaires sur un célèbre réseau social.

En 2015 quelques mois après mon retour, on s’est revues, encore, chez elle cette fois, j’étais allée lui acheter un casque de vélo. On avait pas mal discuté de choses et d’autres, de ces dernières années au cours desquelles la vie n’avait pas été très tendre avec elle.

Et puis encore une fois… on ne s’est pas revues ans la foulée malgré une chouette discussion 😉

Au début de l’année, j’ai reçu une demande pour aimer une page Facebook, j’ai cliqué nonchalamment, n’y prêtant, je l’avoue, pas vraiment attention. J’avais sûrement dû être absorbée par un des milliers de trucs qui accaparent notre attention à la minute sur Internet, et je suis passée à autre chose… sans lire !

Quelques jours plus tard je recevais une notification… je la lis, je m’aperçois que c’est V. ! Elle y raconte ses déboires amoureux (dont j’étais au courant), je descends sur la page… je vois parler de maladie. Je descends encore… « opération », « sein », « cancer ». Du coup je rattrape mon retard et je lis absolument tout, je suis sous le choc…

Ça semble familier comme maladie finalement, le cancer, quand on y pense… on entend ou on lit le mot « cancérigène » plusieurs fois par jour, on connaît tous plusieurs personnes qui en ont souffert (voire pire…), ça n’empêche que quand ça touche quelqu’un de notre génération, le choc est différent… on est plus dans le cas (familier donc) de la personne de plus de 50-60 ans, on est confrontés à la maladie d’une personne… qui pourrait être nous ! Et on a beau savoir que ça peut arriver à n’importe quel âge, se le faire renvoyer en pleine face, c’est une toute autre histoire.

Le choc passé, la seule chose qui m’est venue à l’esprit, c’est « il FAUT que je l’aide, je ne la laisserai pas comme ça ! ». Je ne saurais expliquer pourquoi… peut-être que je me sentais mal de pas avoir cherché à la connaître davantage quand on était ado. Et puis je me dis que rien n’arrive par hasard et que si on avait été des amies autrefois, les choses auraient peut-être été bien différentes aujourd’hui.

Ça ne m’a pas pris de temps pour la contacter, lui faire part de mon choc quant à cette nouvelle, et de lui offrir mon aide. J’ai écrit quelque chose comme « Je peux t’aider avec le ménage ou en cuisine » ! Mon esprit devait être bien embrouillé pour parler de ménage, moi l’anti-fée du logis ! Finalement j’ai repris mes esprits et j’ai remis l’accent rapidement sur la cuisine 😀 1. J’aime ça, 2. Je me débrouille pas trop mal (en toute modestie tout de même hein, on est loin du 3*) et 3. Je fais la bouffe pour 4 personnes au quotidien alors un peu plus un peu moins hein !

Depuis je m’affaire donc en cuisine pour V. et ses deux enfants, et j’ai embarqué une gang de copines dans l’aventures, qui cuisinent et font l’épicerie pour l’aider, sans l’avoir jamais rencontrée !

On dit souvent qu’Internet et les réseaux sociaux éloignent les gens les uns des autres, distendent les relations humaines, etc. Cette histoire (parmi tant d’autres) est la preuve qu’ils rapprochent, voire favorisent l’entraide à un niveau assez puissant !)

Merci à mes copines de m’avoir suivie dans l’aventures, merci à tous les gens qui entourent V. d’une manière ou d’une autre… et surtout ma chère, lâche pas ! On est là !!

<3

Vanessa

Beurre végétalien

Catégorie Cuisine le 21 mars 2016 par Marion — 1 commentaire

J’ai testé un truc dont j’ignorais encore l’existence il y a 48 heures… le beurre vegan (végétalien pour rester en français, mais on voit le terme « vegan » tellement partout…)

J’aurais bien dû me douter que ça existait, car on trouve à peu près tout « vegan » aujourd’hui, mais bref !

Comme j’avais tous les ingrédients sous la main, je me suis lancée cet après-midi, ça prend moins de 5 minutes et avouons-le, c’est assez bluffant ! À l’œil, ça ressemble énormément, la texture est pas mal similaire et quand on tartine du pain tout chaud qui sort du grille-pain, ça fond doucement comme du vrai beurre !

Alors certes, le goût est différent tout de même, mais j’ai trouvé ça très bon pour ma part !

Voici donc les ingrédients :

  • 4 cuillerées à soupe de poudre d’amande
  • 5 cuillerées à soupe de lait végétal (j’ai pris mon lait de cajou maison)
  • 1 cuillerée à café de levure alimentaire (se trouve dans les magasins bio en général ou dans certaines boutiques de vrac)
  • 1/2 cuillerée à café de sel
  • 1/2 cuillerée à café de vinaigre de pomme
  • 1 cuillerée à soupe d’huile d’olive
  • 1/2 tasse d’huile de coco fondue (raffinée)
  • 1 pincée de curcuma (pour accentuer la couleur jaune !) J’aurais pu en mettre un peu plus, le mien a plus la couleur d’un beurre de chèvre, mais j’avais un peu peur que ça donne trop de goût…

La marche à suivre maintenant :

  • Placez la poudre d’amande et le lait végétal dans un mélangeur et laissez-le tourner jusqu’à ce que le mélange soit lisse.
  • Ajoutez le sel, la levure, le vinaigre, l’huile d’olive et le curcuma et mélangez.
  • Versez ensuite l’huile de coco et remettez le mélangeur en route à puissance maximale pendant environ 1 minute jusqu’à ce que le mélange soit lisse et aéré.
  • Versez le mélange dans un contenant avec un couvercle et laissez-le au frigo au moins une petite heure ou deux

1458510531513[1]

Traduction rapide de http://avirtualvegan.com/easy-vegan-butter/

 

 

 

Et bla bla bla et bla bla bla

Catégorie Famille le 18 mars 2016 par Marion — Soyez le premier à commenter !

TiteCocotte file sur ses 2 ans et même si on retient de ses journées ses crises de « Terrible 2 » qui s’intensifient, c’est aussi une petite fille extrêmement rigolote avec beaucoup d’assurance et de plus en plus de vocabulaire !

Eline nettoie

Je trouve que son frère parlait mieux au même âge mais quand la pédiatre m’a indiqué qu’on s’attendait à ce qu’un enfant de 2 ans disent une cinquantaine de mots, je me suis dit qu’on les avait largement ! Voilà donc, classé par champ lexical, ce qui intéresse le plus notre petite demoiselle :

Nourriture (attention c’est important !)

Lait

Eau

Jus

Banane

Cracotte

Confiture (ça ressemble plus à « tatature » mais bon, l’idée est là !)

Pamplemousse (« papapouffe »)

Beurre

Pâtes

Céréales

Animaux

Chat

Oiseau

Chien (plus souvent un « wawa » mais elle sait dire « chien »)

Tortue

Lapin

Vêtements

Bottes

Manteau

Chapeau

Mitaines

Pyjama (plutôt « mima »)

Chaussettes (« cette »)

Cache-cou

Pull (« lull »)

Maison

Bain

Pot

Lit

Dodo

Couverture (voir « confiture » pour la prononciation !)

Maison

Bonhomme

Télé

Vidéo

Chaise

Compost (fille d’écolo 😛 )

Poubelle

Transports

Voiture

Bus

Métro

Poussette

Famille

Papa

Maman

Ti’tan (son frère !)

Mamie

Frère

Bébé

En vrac

NON (oui en gros car il est souvent crié 😛 )

Oui

S’il te plaît (« pépépé »)

Merci

Suce (même si elle n’en a pas !)

Doudou

Minnie

Pipi

Caca

 

Dessine

Pleure

Soleil

Nuage

Étoiles

Bobo

Eline mange

Bref voilà pour les trucs qui me viennent en tête spontanément donc les plus utilisés, finalement ! Pas encore de vraies phrases hormis des « Yé où papa ? » mais ça s’arrête là pour le moment ! Cela dit elle sait très bien se faire comprendre et on constate assez peu de frustrations de ce côté ! En fait hormis quand on lui refuse quelque chose où elle part en vrille au quart de tour (c’est l’âge !), elle est rarement frustrée car très patiente, notamment pour s’habiller ou faire des jeux de motricité fine. Ça donne un quotidien assez cool.

Les moments les plus à risque concernent essentiellement l’heure du passage à table (attention à ne pas mettre la table si le souper n’est pas prêt, sinon gare à nos oreilles !), les diverses demandes auxquelles on n’accède pas (aller jouer dehors alors qu’il pleut ou encore se servir un 4e verre de jus 😛 ) et un peu les jeux quand il faut partager le territoire avec le grand frère, mais ça s’améliore un peu de ce côté, moins de chicanes !

Rénovation de salle de bains – Jour 11… DERNIER jour des travaux !

Catégorie Bricolage le 15 mars 2016 par Marion — 1 commentaire

Youpiiiiiiiiiii c’est finiiiiiiiii !

On peut prendre une douche, tout ça, depuis jeudi dernier mais il restait encore l’électricité à faire, chose faite depuis aujourd’hui ! Ça a été rapide, il s’agissait d’installer six spots encastrés, un ventilateur de plafond, un radiateur, un chauffe-serviettes, une prise de courant et deux interrupteurs.

Et le résultat final est vraiment superbe. On a longuement hésité sur le nombre de spots et leur disposition et je suis très contente du rendu ! Un spot dans l’entrée, quatre dans la salle de bains et un (spécial douche) au-dessus de la baignoire.

DSC_0231 (5)

Le ventilateur est comme indiqué sur sa boîte TRÈS silencieux (l’autre faisait le bruit d’un avion au décollage en même temps, pas trop dur de trouver mieux !), le chauffe-serviettes fonctionne parfaitement (après quelques tâtonnements car il y a 2 boutons ON-OFF – Ne pas chercher à comprendre des fois) et le radiateur tout petit tout discret : par-fait !

DSC_0230 (5)

Un petit avant-après… attention c’est parti !

Le placard… enfin MAINTENANT c’est un placard… avant c’était un renfoncement dans le mur, sans tablettes digne de ce nom, et dont la peinture était complètement moisie. Maintenant il a des tablettes super belles (qui sentent bon le bois) et une porte pour cacher tout ce qu’il contient.

Placard avant-après

Le vanité… moins profond, moins large, moins mastoc, ça agrandit tout de suite la pièce, on ne regrette pas d’avoir pris ce modèle et pas le modèle de 20 cm de plus !

Montage avant apres vanité

La baignoire… plus large, plus profonde, bref 1000 fois plus confortable pour tout le monde ! J’aime vraiment beaucoup la colonne de douche ! Et dieu sait que j’ai fouillé pour le trouver parce que j’avais une idée assez précise en tête !

Montage avant apres douche

La toilette… bye bye la toilette de 300 kilos beige et usée et bonjour monobloc compact, avec double chasse d’eau et consommant moins d’eau ! C’est certes pas la toilette suspendue imaginée au départ, mais réduction de coûts oblige, ça fait très bien la job !

Montage avant apres chiottes

Petit bilan de ces travaux :

  • Des entrepreneurs au top que je recommanderai chaudement si vous cherchez du monde pour vos travaux !
  • Un budget plus que respecté puisque nous ne voulions pas dépasser les 10 000 $ et que le tout nous aura coûté environ 8500 $.
  • Des délais respectés et des corps de métier qui se sont bien coordonnés même si j’ai passé mes coups de fil un peu à l’arrache, il faut bien l’avouer.
  • Quelques cafouillages lors de l’achat de la baignoire et de l’interrupteur mais on a pu les retourner et se faire rembourser (Home Dépôt) et avoir une carte cadeau en échange (Rona).
  • Aucun regret sur le design choisi, on adore le résultat 🙂