Hémangiome sous-paupière

Catégorie Famille le 26 février 2015 par Marion — Soyez le premier à commenter !

Hémangiome… voilà un mot bien barbare que ne connaissais pas avant l’été dernier ! Enfin oui je connaissais, mais je ne savais pas que ça pouvait être grave en fait. En effet notre petite cocotte est née avec plusieurs angiomes, un sur le front, un à la base de la nuque et un autre, plus problématique, dans la paupière inférieure de son œil gauche.

Au départ ça ne se voyait pas, elle ouvrait de toute façon peu les yeux les premières semaines et puis petit à petit, un peu plus et on a vu qu’elle semblait avoir un œil plus petit que l’autre. Sa pédiatre n’était pas inquiète, peut-être une simple asymétrie, ou bien un petit canal lacrymal bouché, bref pas d’inquiétude !

Sauf que les semaines passant, la paupière inférieure a commencé à enfler et à se colorer en mauve. Bref on aurait dit que la pauvre petite choupette avant fait une mauvaise rencontre à la sortie d’un bar ! Retour chez le médecin qui préfère l’envoyer voir un dermatologue et passer une échographie de l’œil. Nous sommes en juillet et nous lançons sans encore le savoir dans un long processus !

DSC_0115

L’échographie a rapidement permis de voir qu’il s’agissait bien d’un hémangiome, localisé sous la paupière et la dermatologue rencontrée au Luxembourg a confirmé le diagnostic de son collègue. Bon… on fait quoi maintenant ? Normalement un angiome située sur le corps genre bras, dos, etc., on n’y touche pas, il finit par se résorber lors des premières années de l’enfance, mais lorsqu’il est « mal placé », on ne peut pas le laisser ! Dans l’œil, le risque, c’est qu’il grossisse et que l’œil se ferme de plus en plus, entraînant la cécité ! Bon quand on vous annonce ça, en tant que parent, vous ne vous posez pas trop de question hormis celle-là « on commence quand le traitement ? » La réponse a été claire « maintenant ! »

Malheureusement (ou heureusement, des fois on ne sait pas trop), on n’opère pas ce genre de choses, ça se traite sur le long terme, très long terme… jusqu’au 1er anniversaire de l’enfant, voire un peu plus dans certains cas un peu plus coriaces.

Le traitement consiste à administrer des bêta-bloquant, un médicament normalement utilisé en cardiologie. Là je tique, car ma cocotte à une CIV (communication intra-ventriculaire) donc on se demande si le médicament va être compatible avec sa pathologie ! Rendez-vous est donc pris chez le cardiologue pour une échographie et un ECG. La CIV est minime et a rétréci depuis le dernier contrôle donc aucune contre-indication à commencer le traitement au Propranolol.

Afin de vérifier qu’elle supporte bien le traitement qui peut provoquer chutes de tensions et hypoglycémie (rien que ça…), nous voilà donc hospitalisées pour 24 heures ! La miss a 4 mois, nous sommes à 1 mois de notre grand déménagement vers le Québec ! Mais bon, pas le choix… J’avoue que ces 24 heures ont été un peu stressantes. J’avais peur qu’elle réagisse mal au traitement, fasse un malaise… ou que l’on me dise qu’elle ne tolérait pas le médicament mais finalement après 24 heures branchées au niveau du cœur et des orteils et sans pouvoir bouger vraiment, tout était beau ! Nous voilà de retour à la maison et une nouvelle routine à mettre en place.

20140805_093450

Car la posologie indique qu’il faut donner une dose de médicament… toutes les 8 heures ! Pas besoin de vous faire un dessin, ça sous entendait de nous/la réveiller la nuit ! Bref après réflexion et essais-erreurs, on trouve enfin un horaire pas trop pire, pour ne la réveiller qu’une seule fois dans la nuit, mais on doit mettre notre réveil toutes les nuits vers minuit-1h. Autant dire que ce fut dur dur !

Cela dit, le traitement est efficace et la régression de l’hémangiome spectaculaire, vraiment, alors ça motive ! On prend rendez-vous à l’hôpital Sainte-Justine pour les semaines suivant notre retour pour pouvoir continuer le traitement sans interruption.

Je tire mon chapeau au service de dermatologie de cet hôpital d’ailleurs, car c’est vraiment le top : pas d’attente, très bonnes explications, supers médecins. Bref rien à redire, entièrement satisfaite ! En plus la posologie (barbare !) a immédiatement été revue pour que l’on puisse lui donner sa dose aux douze heures (youhouuuu fini le réveil à 1h du matin, de toute façon on y arrivait plus !) et sous forme de sirop (au Luxembourg c’était des gélules à ouvrir et délayer dans du lait)

Ça fait maintenant 7 mois que nous avons commencé le traitement… plus que 2 et ce sera fini, enfin on l’espère. Si jamais l’hémangiome revient, il nous faudra continuer encore le traitement 2-3 mois de plus !

DSC_0444

Tabourets IKEA « hackés »

Catégorie Bricolage le 23 février 2015 par Marion — Soyez le premier à commenter !

Quand on a ré-emménagé à Montréal, les choses étaient claires : on avait pas de boulot, on ne voulait pas dépenser des 1000 et des 100 pour se meubler donc on a soigneusement évité le géant suédois et tous ses acolytes et on a (j’ai !) passé beaucoup de temps sur les sites de petites annonces.

Le pari a été tenu ! Hormis notre lit et celui de notre fille, tout a été acheté d’occasion ! On n’a pas encore terminé d’ailleurs, il nous manque toujours quelques meubles, mais ça se fait petit à petit du coup !

Et j’ai eu envie de personnaliser certains meubles, histoire de leur donner une seconde jeunesse et de faire un intérieur cohérent et dans lequel on se sentirait bien.

Je vais tâcher de montrer ici nos quelques réalisations au fil des mois, et je vais commencer par ce tabouret que j’ai juste repeint pour en fait une petite table basse (il retrouve sa fonction première au besoin, quand on manque encore de chaises).

Facile, rapide, et sympa dans le décor…

DSC_0531

 

Tabouret

 

DSC_0532

 

Ma mamie

Catégorie Famille le 20 février 2015 par Marion — Soyez le premier à commenter !

C’est peut-être parce que j’ai parlé de mes enfants dans mon dernier article que j’ai envie de parler de ma grand-mère… nos ailes, nos racines… finalement la vie n’est qu’un éternel recommencement.

J’ai envie de parler d’elle parce que malgré les 13 ans qui se sont écoulés depuis qu’elle nous a quittés (mon Dieu que le temps file…), il ne se passe pas une journée sans que j’ai une pensée pour elle… Elle, ma mamie, ma meilleure amie, ma confidente, pendant ces 22 ans où l’on s’est côtoyées !

Je la voyais le plus souvent possible, je l’appelais quasiment toutes les semaines. Je me rappelle encore de ce jour, ce dernier jour où je l’ai appelée, et où elle n’a pas répondu. Je me suis dit qu’elle devait être dans le jardin mais non… quelques minutes après, c’était ma mère qui m’appelait pour m’annoncer la nouvelle. J’en ai encore yeux pleins d’eau juste à y repenser. Cet instant où le temps se fige, ces journées où je n’étais plus que l’ombre de moi-même, cette journée – la pire de ma vie – où on lui a dit adieu…

J’aimerais des fois qu’on puisse repartir 25-30 ans en arrière, l’espace d’une journée…

Une journée où je me lèverais le matin, attirée par la bonne odeur du pain grillé.

Je la trouverais en train de beurrer mes tartines ou bien je l’apercevrais dans le jardin, déjà à l’ouvrage entre les plans de tomates et les parterres de fleurs.

On écouterait religieusement RTL, et les jeux du matin, toutes les deux.

Elle se lèverait rapidement pour attraper son porte-monnaie au moment où le laitier klaxonnerait dans la rue.

J’irais fouiller dans l’arrière-cuisine à la recherche des vieux Télé-Star mis au recyclage pour faire les mots-fléchés.

J’irais faire de la balançoire dans la cour avant, celle qui faisait si peur à mon père car si je me ramassais, c’était direct sur le béton ou dans les cailloux.

Je l’accompagnerais dans le jardin pour arracher quelques asperges, cueillir quelques fraises (en en mangeant quelques unes au passage) ou enlever quelques œillets d’Inde fanés (Ah ! Cette odeur si caractéristique)

On recevrait la visite de mon oncle et de mon grand-oncle, qui venaient tous les jours ou presque lui apporter du pain ou lui donner un coup de main dans la maison et le jardin.

On mangerait de la soupe aux légumes, pleine de crème fraîche… et des fraises elles-aussi pleines de crème fraîche !

On ferait des parties de Scrabble et je la regarderais faire des mots croisés incroyablement compliqués, sans les petites cases noires.

Elle irait au club pour jouer aux cartes avec ses amies et j’en profiterait pour aller me balader ou lire.

J’irais lui faire le plus gros des câlins dans son lit avant de rejoindre ma chambre.

Et tellement d’autres choses…

Tout ça est du passé maintenant, du passé qui commence même à être bien lointain mais tout ça est toujours dans ma tête et dans mon cœur.

Ma fille porte son prénom en deuxième prénom. C’était quelque chose de très important pour moi, de non-négociable ! Parce qu’elle fait partie de moi, beaucoup plus qu’on ne peut l’imaginer. Parce qu’elle est toujours avec moi et parce que je tenais à continuer de la faire vivre pour la génération suivante, celle qui n’aura pas eu la chance de la connaître. J’aurais aimé qu’elle tienne son arrière-petite-fille dans ses bras et malgré mon athéisme bien ancré, j’aime à penser parfois tout de même, qu’elle nous regarde et sourit en nous voyant.

Mamie, je t’aime !

avec mamie a villers

Des enfants si différents

Catégorie Famille le 18 février 2015 par Marion — 1 commentaire

On sait bien que chaque enfant est unique et pourtant quand on attend le 2e, on est sûrement nombreux à ne parvenir à se projeter qu’avec le même modèle… dans mon cas modèle numéro 1 ayant été particulièrement coriace, je m’étais préparée en conséquence et pensais retomber dans le vomi, les pleurs, les bras, les nuits hachées (oh wait…)*

TiteCocotte a 10 mois maintenant et force est de constater que pour le moment, elle et son frère sont de parfaits opposés ! TiBibou avait du reflux, ne voulait dormir que dans les bras ou en porte-bébé/écharpe, pleurait beaucoup, ne voulait jamais être seul et était capable de s’occuper environ 5 secondes et demi avant de hurler que quelqu’un le reprenne dans les bras là là maintenant tout de suite immédiatement ! Autant dire que la première année avait été difficile et pas à peu près ! De quoi vous faire passer le goût d’en avoir un deuxième… au moins pour quelques années !

Comme on dit toujours « on oublie »… faut croire que oui puisque 3 ans et demi plus tard, la petite sœur pointait le bout de son nez. Nous étions donc préparés, si nous avions survécu à ça une fois, on devrait être capable de passer au travers une deuxième fois ! Et elle a hurlé tellement mais TELLEMENT fort au moment de sa naissance que la première chose que je me suis dit c’est pas « oh ça y est elle est là, ma petite chérie » mais « oh punaise elle a du coffre on va morfler » :D (c’est vous dire le traumatisme subit pour penser ça à sa première seconde de vie !!!)

Et puis… et puis plus rien ! Nourrisson, c’était le bébé des livres, dormant 22h/24, ouvrant un œil pour téter et se rendormait illico, n’importe où : lit, transat, écharpe, bras… je me rappelle encore de sa première semaine à la maison, elle avait environ 15 minutes d’éveil par jour, au moment du petit-déjeuner, et on était trop content parce qu’après, elle sombrait dans la narcolepsie pour le reste de la journée ou presque !

Elle pleurait à peine quelques secondes par jour et encore, pas tous les jours, le temps que son besoin soit comblé. Pas de régurgitations, pas de réveils aux heures la nuit… bref le bébé de rêve !

… 10 mois ont passé…

Ils sont toujours aussi différents et je trouve ça amusant de voir son petit caractère se dessiner !

Là où son frère (encore aujourd’hui), va partir en vrille s’il n’arrive pas à faire ce qu’il essaie de faire en environ 1/4 de seconde), elle est capable de s’acharner plusieurs minutes, voire de changer de stratégie (toujours calmement) pour atteindre son but ! Exemple hier, elle voulait attraper des feuilles de papier à un atelier d’éveil de bébé où nous étions. Immanquablement, elle se faisait bloquer le passage par la formatrice, une fois, deux fois, trois fois… elle a donc décidé de faire demi-tour l’air de rien… et de contourner une partie de la salle pour accéder à l’objet tant convoité depuis un autre chemin ! J’avoue que ce genre de comportement m’impressionne, moi qui pensais qu’au bout de 3 fois, elle allait juste hurler sa vie de frustration et de désespoir !

Mais (malheureusement :P ) différente ne veut pas dire sans aucun défaut, loin de là ! Par exemple elle a une grande passion pour les livres, qu’elle dévore (au sens propre hein, aucune douance là-dedans !!!), elle ne dort QUE dans son lit (très problématique si on est à l’extérieur) et elle a un fort caractère, du genre ne se laisse pas du tout faire si on essaie de lui enlever quelque chose des mains (ou plus souvent : de la bouche !)

Des fois je la regarde jouer avec son frère et mon petit doigt me dit que les conflits approchent (forcément, fatalement…) mais que je suis pas certaine que la première baffe va partir de l’aîné !

En attendant ces deux-là s’aiment de manière incroyablement immense, c’est tellement beau à voir au quotidien !

DSC_0428 NB

* les nuits ne sont plus aussi bonnes qu’il y a quelques mois

 

Du mouchoir en tissu au Kleenex… au mouchoir en tissu

Catégorie Écologie le 7 février 2015 par Marion — 1 commentaire

Je sais pas comment on en est arrivés là en fait, à quel moment a eu lieu le tournant… ça a dû se faire très insidieusement car je ne me suis rendu compte de rien (en même temps j’étais enfant) !

Quand j’étais petite, que ce soit chez ma grand-mère ou chez mes parents, on avait plein de mouchoirs en tissu, j’en avais toujours dans mes poches, je dormais avec même (j’avais pas de doudou, je suçottais un mouchoir des fois pour m’endormir) ! Et puis subitement, tout le monde s’est retrouvé avec des Kleenex dans les poches, le sac, à la maison… des petits paquets à emmener partout, des gros qui restaient dans le salon, la cuisine, la chambre, etc., des jolis pour mettre en valeur sur un meuble, des fun pour mettre au bureau… Bref le Kleenex jetable à usage unique ou quasi a envahi notre monde et peu de gens (en tout cas de notre génération et celle de nos parents) semblent avoir résisté si j’en juge mon entourage !

Ici par contre c’est FI-NI ! Complètement fini, depuis plusieurs longs mois, on n’a plus de Kleenex du tout du tout, on est revenus aux bons vieux mouchoirs en tissu d’antan… et autant certaines choses du domaine du « retour en arrière » pour certaines âmes chagrines peuvent être un peu contraignantes dans notre quotidien du XXIe siècle où tout va toujours plus vite, je vous l’accorde, autant les mouchoirs, j’ai beau chercher je vois pas ! Nous en avons une trentaine (ce qui est un peu de trop d’ailleurs) et aucune contrainte d’utilisation, lavage etc. ça n’a rien changé à notre quotidien si ce n’est alléger notre portefeuille parce que mine de rien en hiver quand tout le monde a la goutte au nez voire pire, on en utilise quand même beaucoup. Les nez sont beaucoup moins irrités aussi, à croire que tout n’est pas très catholique dans la composition des bons vieux mouchoirs jetables ;)

Alors oui il y a un investissement de départ mais bon… on s’entend que c’est pas très compliqué à trouver des vieux mouchoirs en tissu (voire encore mieux, les fabriquer à partir de vieilles chemises etc.), ni très cher. Personnellement j’en ai acheté un lot chez Emmaüs et ma maman m’en a donné plein qui traînaient chez elle (nous ayant appartenu petits, mais ayant été remisés donc, ayant appartenu à nos grands-parents, etc.)

Un tout petit pas pour l’environnement… ;)

Affichage de IMG_20150207_081943.jpg en cours...

Bien équipés pour l’hiver

Catégorie Général le 4 février 2015 par Marion — Soyez le premier à commenter !

Aucun scoop ici… l’hiver au Québec il fait froid, très froid, voire même très très froid !!! Autant décembre a été plutôt clément avec même des températures printanières à Noël (alors que Noël c’est LA période où personne ne se plaindrait d’avoir de la neige !), autant janvier nous a bien calmé direct et on apprend alors que l’on entame février, qu’il a même été le mois de janvier le plus froid depuis 5 ans ! Pas beaucoup de neige, un peu de verglas, mais surtout des températures qui sont descendues bien bas (et ne sont pas encore remontées !)

Alors autant « avant » (comprendre « avant d’avoir des enfants »), je sortais un peu en mode warrior, pas trop équipée, autant maintenant, vu que chaque marche jusqu’au métro ressemble certains jours à une expédition vers le pôle sud, il faut s’équiper en conséquence ! Car NON on ne peut plus courir quand on a un bébé en portage et un enfant de 4 ans qui vous donne la main… ça serait dangereux pour bébé en cas de chute et dangereux pour mes oreilles d’entendre hurler « aaahhhh mamAAAAAn tu marches trop viiiiiiiiteeeeeeeeeeeeeee ! »

Du coup, comme on doit marcher atrocement lentement donc et que le métro, qui se trouve à environ 5 minutes de marche de chez nous, me paraît être le bout du monde, il a fallu s’équiper et je dois dire qu’on s’en sort pas trop mal !

Mes coups de coeur pour affronter les températures polaires !

1. Mon manteau de portage Mantoo 

Malheureusement Mantoo a mis la clé sous la porte l’an dernier mais alors je ne regrette pas du tout l’achat de mon manteau de portage hivernal (en gros gros rabais en plus ;) ), imperméable à l’extérieur, en polaire à l’intérieur, c’est bien simple, je peux être en simple t-shirt en dessous sans ressentir du tout le froid même par -25, et j’aime autant vous dire que je suis plutôt frileuse à la base ! Il est tellement chaud que bébé est habillé tout simplement en dessous et ne souffre visiblement pas du froid non plus… Une fois fermé il monte assez haut, ce qui permet de protéger bébé du froid et du vent… ça c’est si vous avez un bébé qui se tient tranquille en portage, évidemment ce n’est pas le cas de TiteCocotte qui passe son temps à essayer de s’extirper de là et hurle donc parce que le vent et la neige fouettent son visage ! Bref…

2. La pommade pour joues Croque-Pommette

Indispensable si on relit bien la dernière phrase du point numéro 1 ! La peau gèle très vite quand on atteint des températures aussi basses, il suffit de quelques minutes pour qu’on ne sente plus notre visage… nous encore on bouge mais bébé lui non, il se laisse porter donc il a plus vite froid et sa petite peau est bien fragile ! J’ai trouvé cette pommade à base de beurre de karité et de beurre d’avocat chez Câlins et popotin et j’en suis super satisfaite… la seule difficulté consiste à en appliquer sur les joues de bébé sans que celui-ci ne croque dedans… c’est que ça sent bon, on en mangerait !

3. Les tuques Mantoo et Zoli

Des petits capuchons qui couvrent les oreilles et le cou, hyper pratique, hyper chaud, et hyper cute pour une allure de lutins garantie !

4. Des bottes Pajar

Oui j’ai enfin investi dans de bonnes, voire de très bonnes bottes d’hiver et là non plus aucun regret, on y met le prix mais juste glisser ses petits pieds chaussés de petites chaussettes dans ces bottes et ne pas avoir froid aux pieds au bout de quelques minutes, on apprécie ! Elles montent haut, sont hyper légères et s’enfilent en 2 secondes… on est loin de mes premières Kamik super lourdes et à lacets !

5. Des chakras ouverts

Et oui parce qu’on vit dans un pays aux températures extrêmes, il faut bien vivre avec alors autant arrêter de chialer, sortir, en profiter, le tout bien protégé… le printemps n’est plus si loin ;)

Épiphanie !

Catégorie Cuisine le 7 janvier 2015 par Marion — Soyez le premier à commenter !

Si y’a bien un truc dont je ne raffole pas c’est les galettes, les célèbres galettes de début janvier… tradition pourtant dans le nord de la France où j’ai grandi mais c’était toujours le calvaire… auquel je me pliais quand même histoire d’avoir la fève mais bon en prenant une micro-part j’hypothéquais un peu mes chances !

Et on ne pouvait pas y couper… chez les oncles, tantes, amis etc. fallait toujours se coltiner une part de la maudite galette frangipane lourdingue quasiment tout le long du mois de janvier !

Finalement avec les années, les boulangers ont commencé un peu à innover genre galette aux pommes, au chocolat etc. mais bon la frangipane restait quand même la référence !

Et puis j’ai appris à cuisiner, à faire mes galettes et maison, ça n’a rien à voir, c’est trop bon ! J’en fais pas tous les ans car j’avoue que c’est pas une tradition très ancrée en moi du coup mais bon, blogosphère oblige, on en voit passer sur les sites et on est tentés d’en faire finalement :P Surtout que c’est quand même très simple (surtout quand on achète sa pâte feuilletée :P )

Et voilà que je tombe sur CETTE recette ! Le visuel est génial ! Du coup je me suis lancée cet après-midi !

Galette des rois

Amande et citron se marient super bien je trouve. Juste dommage, je n’avais pas de framboise et par -18 avec du verglas partout, j’étais pas très chaude pour sortir ;) mais je ne regrette pas ! Je pense garder le concept et essayer aussi de mettre un parfum différent dans chaque mini-galette de la couronne, genre galette surprise ! (bon après faut inviter des amis qui ne sont pas difficiles par exemple ;) )

Bonne épiphanie !

Début d’hiver en dents de scie

Catégorie Météo le 5 janvier 2015 par Marion — Soyez le premier à commenter !

Cet hiver 2014-2015 promet encore d’être un peu étrange… un mois de novembre où il a fait subitement très froid, une petite tempête de neige début décembre, puis des températures qui grimpent en flèche pour Noël, donnant à la ville des airs de printemps doux et slocheux, et maintenant une bonne dose de pluie verglaçante et des températures qui vont chuter et pas qu’un peu cette semaine (entre -20 et -30 !)

En attendant la ville est belle dans sa parure de neige et de glace :)

 

2014-12-10 21.08.15

2015-01-04 16.32.48

 

 

Les oubliés de la RAMQ

Catégorie Insolite, J'aime pas, Vie montréalaise le 2 janvier 2015 par Marion — Soyez le premier à commenter !

On a beau dire que l’administration locale est 1000 fois plus simple qu’en Europe (OK impôts mis à part hein !), quand elle veut nous faire devenir dingues, je dois avouer qu’elle y arrive super bien !

Je tiens à remettre la palme à la Régie de l’Assurance Maladie du Québec ! Si si vraiment j’insiste parce qu’on était pas loin de la maison des fous des « Douze travaux d’Astérix » !

Tout avait pourtant commencé le plus simplement du monde en septembre dernier. Peu après notre arrivée, j’appelle la RAMQ pour leur demander ce qu’ils veulent comme documents pour réactiver nos dossiers. Quelques jours plus tard, nous recevons les formulaires à remplir et on m’indique que ça sera plus simple - comme nous sommes pour deux semaines à Laval – d’aller déposer le dossier dans un CLSC, plutôt que de nous rendre au centre-ville de Montréal. Soit… c’est ce que nous faisons fin septembre !

Une dame nous accueille au CLSC, vérifie tous nos documents, tamponne le tout, on signe la paperasse. Elle n’a plus qu’à envoyer tout ça et on devrait avoir nos cartes rapidement… naïfs que nous étions !

Les jours passent, et je dois me rendre à Sainte Justine pour les examens dermatologique et cardiologique de ma cocotte alors j’appelle la RAMQ, on me dit que les cartes n’ont pas encore été émises… je décide donc de repousser le rendez-vous pour me rendre au plus loin que je peux aller vis-à-vis des médicaments dont je dispose encore. Je rappelle la RAMQ quelques jours avant encore mais rien donc bon, tant pis, je ne peux plus faire autrement donc je me rends à l’hôpital et paie les différentes consultations (700 $ environ en tout quand même !)

Je rappelle la RAMQ régulièrement à partir de ce moment là mais toujours le même discours : « oui oui c’est en cours, vous devriez avoir des nouvelles sous peu… c’est très très long en ce moment les délais »

Novembre arrive, amenant avec lui les meilleurs amis des enfants : microbes, virus et autres bactéries ! Ô JOIE ! TiBibou tousse mais pas suffisamment pour que l’emmène chez un médecin, se tape une conjonctivite (mais bon c’est la routine, ça passe tout seul) puis la gastro embarque, mais encore là, quelques jours de calme/repos et tout rentre dans l’ordre… mais évidemment la soeurette, elle, découvre ce formidable environnement mais n’est pas tout à fait équipée encore pour y faire face, et là c’est le drame ! Ça tousse, ça morve, on mouche mouche mouche, on appelle une kiné respiratoire pour la soulager et puis ça ne s’arrange pas donc on l’emmène à la clinique (hop délestés de 100 $) puis on l’y remmène (même tarif !), on nous prescrit des pompes de ventoline et compagnie (129 $ de pharmacie) et puis et puiiiiiiiis… un soir après une journée à dormir sur maman et un énième vomi en 24h, elle est trop mal, on décide de l’emmener aux urgences !

Discours habituel :

- Votre carte soleil s’il vous plaît

- On ne l’a pas encore reçue.

- Ah vous venez d’arriver au pays ? (discrimination audible bonjour :P )

- Oui enfin non on est canadiens, on était partis deux ans en Europe, on est revenus en septembre, mais les cartes tardent à arriver !

Nous passons donc la soirée aux urgences (hop j’arrondis mais un petit 700 $ encore !), médecin, radios, inhalations etc.

La petite se remet tant bien que mal de sa bronchiolite donc puisque c’est de ça qu’il s’agissait… et moi je continue d’appeler la RAMQ pour savoir où en est rendu notre dossier ! Nous sommes fin novembre, 2 mois après notre dépôt de dossier et je m’énerve un peu, disant à la dame que j’ai au téléphone que j’ai deux jeunes enfants, que c’est l’automne et son cocktail de maladies et que ça commence à me coûter TRÈS cher (je sais que je vais être remboursée mais bon, on a un peu d’autres choses à faire de cet argent que de le disperser dans toutes les cliniques/pharmacies de la ville !). Là on me répond TEXTO « Oh oui je comprends, je fais passer votre dossier en priorité vous aurez vos cartes sous 15 jours MAXIMUM »

J’ai besoin de vous raconter la suite ? 15 jours passent… rien ! Je rappelle immédiatement ! Même réplique : « Je vois que quelqu’un travaille dans votre dossier… vous les aurez d’ici 15 jours »

Je pleure quasiment à chaque fois que j’ouvre ma boîte aux lettres et je tremble d’angoisse dès que je vois un des deux mouflets éternuer… l’ambiance est un poil tendue !

18 décembre, je CA-POTE solide ! Toujours rien de rien de rien, je rappelle la RAMQ où on me sort encore le même discours (le célèbre « ça sera pas bien long » local qui ne veut strictement rien dire !!!) suivi d’un « mais si vous voulez, rendez-vous sur place en centre-ville, ça ira peut-être plus vite »

Bon là mon sang se fige un petit peu qu’on me dise maintenant seulement que le fait de me déplacer peut faire accélérer les choses alors que j’attends depuis 3 mois mais bon je ne dis rien, je demande à quelle heure les bureaux ferment. « 16h30″ ! Il est 15h30, en 2 minutes j’ai collé la petite dans l’écharpe, attrapé mon sac et je suis dehors en train de courir vers la station de métro !

16h me voilà à la RAMQ en sueur, mais prête à en découdre ! Une chance il n’y a personne, je vois donc un agent tout de suite. Je lui raconte ma longue histoire en finissant par un « on m’a dit que c’était normal que ce soit très long en ce moment mais bon là c’est vraiment plus possible ».

Il pianote sur son ordinateur en hochant la tête « Non c’est pas normal madame »

-_-

Je suis légèrement en train de fulminer…

Il pianote encore et encore… j’attends fébrilement ! Les minutes sont interminables !

Puis il me dit « Ben c’est bien simple, PERSONNE n’a encore touché à votre dossier, il a été oublié »

Je frôle la syncope !!!!

OUBLIÉ ?? Mais comment on a pu nous OUBLIER alors que j’appelle tous les 10-15 jours pour savoir où ça en est ?? Là pas de réponse et je ne comprends toujours pas comment c’est possible… qui sont ces gens (on a pas eu UNE personne au téléphone mais une bonne dizaine en 3 mois !) qui répondent au téléphone quand on appelle la Régie ??? Un call-center quelque part dans un pays en voie de développement ?? On se demande, franchement !

Bref le dossier est donc traité devant moi j’obtiens les précieuses lettres qui indiquent que nous sommes couverts depuis le 13 septembre (et qui vont permettre de récupérer les sommes d’argent mentionnées ci-dessus !) Le monsieur me dit que je vais recevoir les cartes dans la semaine mais bon c’est Noël bla bla, ça peut prendre un peu de retard… bref blasée un peu la fille hein, je préfère me dire que je les aurai début 2015 !

29 décembre… mon anniversaire… ça sonne à la porte, Poste Canada m’amène des colis, du courrier et parmi ces lettres : 4 lettres de la RAMQ, nos cartes d’assurance maladie, enfin ! Alléluïa !

Bûche au chocolat

Catégorie Cuisine le 1 janvier 2015 par Marion — Soyez le premier à commenter !

Moi qui adore cuisiner et essayer de nouvelles recettes, on peut dire que je profite pleinement des fêtes de fin d’année pour assouvir ma passion ! Surtout que depuis peu je suis équipée d’un magnifique robot sur socle Kitchenaid alors autant vous dire qu’il tourne à plein régime !

Et puis cette année j’ai « découvert » Ricardo… en fait je le connaissais déjà mais j’avoue que je n’avais jamais testé ses recettes, et je dois dire que pour le moment je suis agréablement surprise. Son site fait désormais partie de mes favoris donc !

Pour le Nouvel An, que nous avons fêté en famille à la maison, au chaud et en pyjama (hum… je sais on vieillit !!!), j’ai donc réalisé sa bûche au chocolat !

J’avais peur que ce soit un peu trop sucré car d’habitude je divise toujours les quantités de sucre par deux mais là non… mais finalement c’était très bien comme ça ! J’ai un peu raté mon biscuit mais une jolie déco et il n’y paraissait quasiment plus !

Un petit clic ici pour la recette ;) Et encore une fois bonne année !!!

DSC_0489