Ma fille mon ange

Dernier film québécois en date vu hier soir au cinéma du Quartier Latin de Montréal : Ma fille mon ange avec Michel Côté et Karine Vanasse. Un très bon film avec certes quelques incohérences et des passages parfois un peu bancales mais une fin pour le moins surprenante qui arrive à nous tenir en haleine tout du long.

Seul « hic » : encore un film ou les gentils sont à Québec et ou Montréal c’est la grande ville glauque ou on peut se faire entrainer dans n’importe quel vice Maman, je te rassure je travaille bien comme secrétaire de jour et tout et tout moi


L’histoire : Montréal, temps présent. La police découvre le cadavre d’un jeune homme dans un appartement envahi d’équipement informatique, dernier cri. Surprise, il possédait aussi une impressionnante collection vidéo de ses ébats érotiques mettant en vedette de jeunes femmes en action.

A Québec, Germain Dagenais (Michel Côté), ancien avocat et aujourd’hui conseiller politique avisé, est marié à Jeanne depuis 30 ans. Leur fille unique Nathalie (Karine Vanasse) est partie à contrecoeur étudier le droit à Montréal. Elle y découvre rapidement les folies de la vie nocturne et se fait prendre lentement mais sûrement dans la toile d’un entrepreneur du «divertissement adulte ».

Un soir, à l’insu de sa femme, Germain visite des sites pornographiques sur Internet et découvre l’inimaginable! Nathalie, sa propre fille, annonce qu’elle sera la vedette d’une prestation XXX dans quatre jours !

Cauchemar ! Dévoré par la culpabilité, il part pour Montréal afin d’empêcher Nathalie, son ange, de commettre à ses yeux l’irréparable.

Le jour du tournage, l’acteur porno qui devait initier Nathalie au métier est retrouvé mort. Qui l’a tué? Nathalie a t-elle renoncé au dernier moment ? Germain est-il allé au bout de sa mission ?

Mais les vérités sont souvent plus compliquées…


Source


Laisser un commentaire ?