Il y a 3 ans, il y a 1 an… petit bilan

Il y a 3 ans, on quittait le Québec pour l’aventure luxembourgeoise et c’était un réel déchirement de tout quitter pour tout recommencer, dans un pays inconnu…

DSC_0751

Il y a 1 an on quittait le Luxembourg pour revenir s’installer ici… mais encore une fois tout était à reconstruire, j’étais en panique totale, et la montagne me paraissant infranchissable… tout remettre dans des boîtes, toute notre vie, encore… gérer un bébé de quelques mois et la dépression post-partum qui est arrivée en même temps que le-dit bébé, gérer un enfant de 3 ans et demi ô combien angoissé par le changement, et surtout se lancer dans l’inconnu, encore, même si c’était sur une terre connue. Car je ne quittais pas seulement un pays, un continent, une nouvelle vie à peine reconstruite, je quittais aussi le monde de l’entreprise. Pas que l’expérience luxembourgeoise ait été mauvaise de ce côté chez le géant de la vente en ligne, mais l’envie de travailler à mon compte était plus forte et allait enfin se concrétiser après 7 ans de bons et loyaux services en tant que traductrice salariée.

Un an après, quel est le bilan de notre retour dans la Belle-Province ?

Et bien je ne regrette pas du tout ! Certes je travaille à temps très très partiel, mais quel bonheur de pouvoir encore passer mes journées avec ma poulette ! J’ai passé 11 mois avec son frère, puis il est resté « enfant unique à sa môman » jusqu’à ses 3 ans et demi, alors ça méritait bien que je m’occupe d’elle pendant 18 mois… mon bébé, mon dernier bébé en plus ! Je considère ça comme une chance incroyable de pouvoir la voir grandir tout en travaillant comme je peux (siestes, soirées…). D’ici 2 mois elle va rejoindre son grand frère à la garderie et je vais pouvoir mieux m’organiser au niveau du travail, une page va se tourner et une nouvelle étape va encore commencer.

DSC_0246

Financièrement, la donne a changé, c’est certain, mais bon, avec deux enfants, on va drôlement moins au resto, ciné etc. donc l’un dans l’autre on s’y retrouve et la qualité de vie qui accompagne cette nouvelle organisation de la famille n’a pas de prix à mes yeux. Ne pas se stresser le matin, ne pas imposer un rythme difficile aux enfants, c’est plutôt sympa j’avoue ! Ils ont bien le temps de se lever tôt et se dépêcher le matin pour être à l’heure à l’école. En attendant on sort rarement de la maison avant 8h30-9h et à 17h30 gros max on est de retour, c’est chouette, ne nous le cachons pas. Je crois que j’ai pas mal été traumatisée par le rythme bouchon-boulot-dodo luxembourgeois !

Je n’exclus pas pour autant un retour dans le monde de l’entreprise un jour, quand ils seront plus grands… qui sait de quoi demain sera fait, après tout ?

Je suis aussi ravie d’avoir retrouvé la douceur de vivre montréalaise, surtout depuis que le printemps, puis l’été se sont installés… des fois je regarde 3 ans en arrière et je me demande comment on a pu prendre cette décision de partir ! Cela-dit, là-aussi aucun regret, car cette parenthèse de 2 ans nous a permis d’y voir plus clair sur bien des aspects de notre vie, mais j’ai beaucoup de difficulté maintenant à me voir vivre dans une autre ville que Montréal… encore que là, l’avenir nous réservera peut-être encore bien des surprises 😉


20141005_122030

Presque tous les jours au détour des rues de mon quartier, je savoure la chance que j’ai de vivre dans cette ville à la fois calme et tourbillonnante, familiale tout en étant jeune et dynamique, cosmopolite, mais sans les tensions qui vont trop souvent avec ce terme, une ville humaine, agréable, chaleureuse… que les montréalais m’ont manquée ! J’y pense à chaque fois que je discute quelques minutes avec quelqu’un dans le bus, à chaque fois que quelqu’un fait un coucou à mon bébé… OK des fois cette proximité au sein de la population locale est un peu pénible quand on a envie d’être dans sa bulle ou que les gens se permettent un peu trop de « gouzi gouzi » avec ma progéniture, mais dans l’ensemble, c’est toujours plus sympa que notre quotidien pendant 2 ans au Luxembourg où les contacts humains nous semblaient si froids et distants ! Et que dire du fait que je vis tout près du marché Jean Talon ! Il m’a tellement manqué, j’ai l’impression de rattraper le temps perdu en y passant plusieurs heures par semaine…

Le Luxembourg nous paraît donc loin, très loin derrière nous, un peu comme si notre vie avait été mise entre parenthèse pendant 2 ans, c’est assez difficile à décrire comme sentiment. L’impression d’avoir vécu comme dans une sorte d’univers parallèle, que c’était pas vraiment nous là-bas… L’appartement à Strassen, mon bureau chez Amaz*n, cette météo toujours épouvantable, tout ça me paraît à des années lumières et presque irréel… y’a juste deux choses qui me manquent finalement, nos journées à Trèves parce que c’est quand même une très chouette ville, et la crèche de notre grand garçon qui était un véritable petit rayon de soleil au milieu de la grisaille 😉

DSC_9486

En attendant dans quelques mois je vais fêter mes 10 ans d’expatriation… 10 ans bientôt que j’ai atterri avec mes valises à Montréal… si j’avais pu ne serait-ce qu’imaginer 1 % de ce qui s’est passé depuis 2005… ! 

DSC_0008

4 réponses à “Il y a 3 ans, il y a 1 an… petit bilan”

  1. 1

    C’est impropre d’utiliser le terme « expatriation » dans ton cas. Tu es une immigrée, pas une expatriée. L’expatriation, c’est une entreprise qui t’envoie en mission à l’étranger. Il me semble que ton cas n’a rien à voir.

  2. 2

    Je l’ai utilisée dans le sens littéral :

    S’expatrier : quitter volontairement sa patrie. Un travailleur qui s’expatrie pour fuir le chômage. (ça s’applique d’autant plus que j’ai justement quitté la France pour cette raison ! Haha !)

    Je ne suis plus du tout une immigrée ni une immigrante puisque j’ai la nationalité de mon pays d’accueil qui fait que je ne rentre plus dans ce cadre, mais oui, je vis en dehors de ma patrie d’origine par contre 🙂

  3. 3
    Sabine

    Je prend le temps aujourd’hui de lire quelques articles de ton blog. Personnellement, j’ai jamais trop compris pourquoi vous aviez quitté le Canada à l’époque pour venir vous installer au Luxembourg. L’Europe est magnifique et il y a plein de pays où j’aimerais vivre je crois mais le Luxembourg pas vraiment.
    Pour ce qui est du temps, je ne peux pas comparer avec le Québec, mais cet été est carrément chaud!!! Quand à la ville de Trèves, je ne peux que confirmer ton avis, c’est une ville vraiment sympa où il fait bon vivre. Encore ce matin, j’ai eu une visite avec des touristes français et à la fin de chaque visite je pense: » ouah! C’est vraiment une belle ville!
    Bises à vous 4 et même si je ne me manifeste pas souvent, on pense à vous (en particulier Théo qui se rappelle très bien de Titouan)

  4. 4
    Anso

    Je lis presque plus jamais les blogues des copines expats mais je prends la peine d’écrire quelques mots car j’ai trouvé ton témoignage touchant. Je ne me vois tellement pas vivre ailleurs qu’ici moi non plus et je suis tellement heureuse du choix que j’ai fait y’a un moment déjà de travailler de chez moi, la joie de pouvoir passer du temps avec mes garçons, je te comprends tout à fait! Je vais essayer de revenir faire un tour sur ton blogue de temps en temps car ton expérience zéro déchets m’intéresse aussi! Bonne continuation!


Laisser un commentaire ?