Ma première année de travailleuse autonome

Dans quelques jours, nous dirons adieu à l’année 2015 et avec elle, ma première année fiscale en tant que travailleuse autonome, dans le domaine de la traduction !

Quel bilan tirer de ces presque 12 mois d’activité (j’ai eu mon premier contrat en février) ?

  • Mes revenus ont largement dépassé mes espérances ! Ça c’est le point positif de la chose, il faut dire que d’un naturel tout optimiste que je suis, j’avais tablé sur un chiffre super bas pour commencer, forcément ! En plus jusque mi-septembre, j’avais encore ma fille avec moi à la maison, ET je suis partie 5 semaines en vacances en France, donc forcément, je pensais que l’année allait quand même être relax, voire pas terrible, mais que nenni ! J’ai fait plus du double de ce que j’avais imaginé.

 

  • J’aime ça 😉 Bah oui c’est important, ça aurait d’ailleurs dû être le premier point, mais bon, il faut bien manger et payer le loyer ! Oui j’aime le rythme de travail que cela procure. Pendant que ma cocotte était encore à la maison, je travaillais pendant les siestes et le soir, après j’ai pu m’organiser un peu mieux en journée pour profiter de mon chum le soir… mais pas tous les soirs parce que le GROS avantage c’est justement de pouvoir faire tout un tas de trucs en journée et d’organiser son temps en fonction. Aller chez le dentiste, l’ostéo, etc. quand on veut, faire son épicerie dans des magasins déserts, pour ne citer que quelques exemples, c’est quand même assez pratique, ne nous le cachons pas ! Et puis l’automne est arrivé et avec lui un cocktail explosif de microbes et de virus en tous genre… là encore, plutôt pratique de pouvoir garder les enfants sans avoir à aviser un supérieur ou quoi. Cela dit lors de certains gros rush, il a fallu que mon chum pose congé pour que je travaille, car autant avec le grand, pas de soucis, autant avec la petite, c’est carrément impossible !

DSC_0533

  • J’ai eu des contrats très variés, des jeux vidéo à l’enseignement aux adultes en passant par le suicide assisté ou des recettes de cuisine. C’est plutôt sympa de faire des choses différentes, ça change, je suis sortie de ma zone de confort aussi, c’est flippant mais enrichissant ! J’ai évidemment des préférences et je fuis pour le moment certains domaines qui ne m’intéressent pas et dans lesquels je serais sûrement mauvaise…

 

  • J’ai plein de bureaux 😉 Je travaille autant chez moi que chez une copine, qu’à la bibliothèque ou dans les cafés du quartier ! Ma préférence va aux cafés ! Le brouhaha, les gens, la musique… c’est là que je suis la plus efficace ! La bibliothèque est trop calme et m’endort, à la maison je trouve toujours autre chose à faire que travailler et avec les copines c’est super le fun mais ça papote et ça avance vachement moins vite !

 

  • Comment j’ai décroché mes différents contrats au cours de l’année ? On dit souvent qu’au Québec, dans le monde du travail (et ailleurs), le réseau est important… là je dirais qu’il est carrément indispensable. Je ne fais pas de mon cas une généralité mais le constat est édifiant, j’ai trouvé TOUS mes contrats par réseau ! Je n’ai eu AUCUN retour des CV envoyés en candidat libre (bon ça encore…) on en réponse à des annonces (même des trucs où j’étais genre LA candidate idéale) ! J’ai bien eu une touche une fois, passé un test à la maison, puis dans l’entreprise, puis un entretien qui s’est super bien passé et puis… plus rien, même pas un petit courriel ! Plate et vraiment poche ! Donc continuons de peaufiner notre réseau, il est clairement essentiel ! Même si je continue aussi d’envoyer de temps en temps quelques CV.

 

  • Comment je vois l’avenir ? Au jour le jour pas mal 😉 En même temps c’est un peu le concept, chercher des clients, tenter de les garder, en trouver d’autres, avec ce que ça comporte d’incertitudes. Il faut être irréprochable, sinon on ne vous rappelle pas au contrat suivant. Ce n’est pas encore arrivé, mais ça arrivera bien un jour (retour de l’optimisme légendaire 😀 ). Je n’exclus pas non plus un retour dans le circuit classique, si l’envie m’en prend ou si une super occasion se présente. Le rythme de travailleur autonome est chouette et comporte plein d’avantages, mais pas que… alors à suivre !

Voilà, en espérant que 2016 soit une belle année professionnelle aussi ! Je me fixe encore une fois un objectif à ma portée… celui de faire aussi bien que cette année 😉


Laisser un commentaire ?