La route vers la réduction des déchets…

Il y a deux ans, je découvrais au hasard d’une vidéo postée sur Facebook, l’existence de Béa Johnson, cette adepte d’une vie minimaliste et sans déchets ou presque ! Curieuse, j’ai eu vite fait d’acheter le livre que j’ai dévoré en quelques jours (j’avais le temps, j’étais en congé maternité) ! Je l’ai trouvé parfaitement fascinant, mais aussi très intense ! Béa EST intense, soyons honnête et son mode de vie me paraissait à des années lumières du mien !

Malgré tout, la lecture de ce livre est resté dans un coin de ma tête et j’ai commencé à me poser beaucoup de questions et à essayer de voir par où je pourrais commencer pour réduire moi aussi mes déchets ! On ne va pas se le cacher, je ne partais pas tout à fait de zéro, je suis passée à la coupe menstruelle et aux serviettes hygiéniques lavables depuis des années et mon grand a porté des couches lavables pendant un certain temps, on compostait à Montréal avant que notre arrondissement ne fasse partie du programme + tout un tas d’autres petites choses, mais force était de constater que c’était pas terrible finalement… mieux que rien certes !

20140322_191833

Petit à petit on a donc avancé, pas à pas, vers une réduction de nos déchets grâce aux gestes suivants :

  • Le compostage : depuis que nous sommes de retour à Montréal, on composte grâce au programme de la Ville, cela a eu pour effet de bien réduire le volume de la poubelle
  • La fin du « jetable » : après les lingettes et le coton démaquillant, nous sommes passés au tissu pour remplacer les Kleenex et le Sopalin ! Nous sommes dont 100 % aux mouchoirs en tissu et aux lavettes et autres chiffons pour le Sopalin.
  • Dans la salle de bains, nous avons remplacé le gel douche et le shampoing par le savon solide (savon d’Alep, savons de la Savonnerie des diligences, shampoings solides de différentes marques). Plus d’après-shampoing non plus, mais un rinçage au vinaigre de cidre. Et surtout des shampoings plus espacés, avec shampoings secs entre deux lavages… Je fabrique également mon exfoliant maison et ma crème multi-usage (visage, mains, lèvres) !
  • Dans la salle de bains, la salle de lavage et la cuisine : le vrac ! J’ai des bidons que je fais remplir pour la lessive, le savon pour les mains, le liquide vaisselle, etc. Jusque là nous n’avions pas de lave-vaisselle, mais désormais cet appareil ô combien essentiel est revenu dans nos vies et je compte bien fabriquer mes propres tablettes une fois que le bidon qui venait avec sera terminé ! Je fais également remplir un petit bidon de nettoyant tout usage, que j’alterne avec un mélange à base de vinaigre blanc et d’écorces d’oranges. Le nettoyage des toilettes et de toute la salle de bains finalement est fait au vinaigre + bicarbonate + huiles essentielles.
  • Fini les achats inutiles… les achats sont pensés, plus de magasinage où on revient les bras chargés et le portefeuille délesté, un maximum de seconde main, plus d’achats compulsifs.
  • À l’épicerie, on essaie d’acheter un max en vrac dans nos contenants, on refuse les sacs plastique, on achète tout brut, on cuisine beaucoup, on fabrique nos laits végétaux, etc. Bref la liste est longue !

Étant donné que le tableau est déjà pas mal encourageant et que le volume de nos poubelles a fortement baissé (un petit sac de 20 l par semaine pour 4), je me suis fixée 5 objectifs pour 2016 (on va dire que c’est des sortes de bonnes résolutions du coup 😀 ) ! La réflexion continue en effet grâce à tous ceux qui m’entourent et avec qui j’échange quotidiennement ou presque sur le sujet ! Un remerciement tout spécial à Mélissa de la Fontaine, qui est un peu notre Béa québécoise, qui est très inspirante et nous pousse à continuer de nous améliorer ! Les résolutions donc :

  • Acheter moins de choses emballées dans le styromousse ! Oui ça c’est la plaie 😉 même si j’ai trouvé du monde à qui les refiler et qui leur donnent une seconde vie, les barquettes finissent quand même fatalement à la poubelle… dans les fruiteries maintenant je ne prends plus ce qui est dans ces barquettes mais au supermarché pour la viande et le poisson, dur d’y échapper ! Vu que j’ai une grande poissonnerie près de chez moi, je vais tâcher d’aller là plutôt qu’à l’épicerie désormais ! Et pour la viande, et bien…
  • On va réduire encore plus notre consommation… Le processus est déjà pas mal engagé et je m’aperçois que moins j’en mange, moins j’ai envie d’en manger donc ça ne devrait pas être trop compliqué.
  • Faire un potager ! On a un chouette jardin donc au printemps au programme : on retourne la terre (peut-être en avant de la maison côté trottoir aussi d’ailleurs… à suivre !) et on plante ! Je sais pas encore quoi exactement, mais j’ai plein de graines en attente de rencontrer la terre, donc j’espère que la récolte sera bonne… à bon entendeur les écureuils du quartier !!!
  • Penser encore plus souvent à prendre mes contenants. De toute façon le mal est fait, je préfère de plus en plus ne pas acheter que d’acheter emballé (voire suremballé !) donc ça risque de devenir encore plus un réflexe. Reste le souci des courses un peu à l’arrache où on est partis les mains vides, mais bon, on va s’adapter !). Ah et aussi essayer de sensibiliser les commerçants… faut juste que je mette ma timidité de côté, mais je vois déjà que le regard est positif quand je vais faire remplir mon pot en verre de café ou que je demande à ce que mon fromage soit mis dans un petit contenant qui vient de chez moi 😉
  • Continuer de désencombrer la maison. Le déménagement a été assez anxiogène à ce niveau donc il faut clairement continuer à se débarrasser du superflu !
 DSC_0081
Je me sens clairement dans une nouvelle dynamique, un état d’esprit qui me pousse à continuer… je réfléchis tellement sur le sujet que les idées se bousculent un peu dans ma tête. J’espère donc ne pas avoir oublié trop de choses dans cet article et j’espère pouvoir ajouter plein de choses lors du prochain bilan 🙂

2 réponses à “La route vers la réduction des déchets…”

  1. 1

    Bravo pour ce beau bilan. Certes, tu ne partais pas de zéro, mais depuis votre retour, tu as fait un sacré virage, notamment sur le vrac. Les désencombrement, c’est comme le reste, un petit pas à la fois. Et il te faudra peut-être un 24 mois après plusieurs séances, pour arriver à un équilibre, que tu apprendras au fur et à mesure à consolider.

  2. 2
    Caro

    Coucou Marion, et merci d’avoir partagé ton expérience.
    Je suis aussi engagée dans une réflexion (boostée par Cédric depuis un moment ;), ça fait un moment que je me dis qu’il faut que je lise ce livre. Je pense que notre départ dans 3 mois peut aussi être l’occasion de désencombrer la maison et de faire un bon pas en avant.
    Reconnaissons que partir avec 4 sacoches pour 7 mois aide à se concentrer sur l’essentiel !
    On en reparle dans quelques mois ?!
    Bises
    Caro


Laisser un commentaire ?